Train de nuit, octobre 2010

Dimanche 27 déc 2015

Train de nuit

30 octobre 2010

L’or d’octobre

Je signale dans Le Devoir d’aujourd’hui un rassemblement de mots de toile de fond dans la boîte à bois de ce pays, signé de mémoire et de la main de Jean Royer.

En dessour de ce grand pan de la poésie d’amour frondeur au doigt coupé qui dit non dans la ville aux trottoirs désertés, nombrils humides éparpillés en tas dans la savane de l’enfance, petits casseaux troués de rage, douleur, feux de bonhommes politiques au bord des fossés, paroles aux pattes cassées dans le silence, paraboles, cordes, carabine, jeunesse, espoir, chiard, bran de scie, pour rien, éclaboussures, charabia de panaches incendiés à l’hôpital des combattants, retour, vieilles feuilles mortes par en dedans, orgueil, cheveux exilés qui claquaient « comme des drapeaux », résistance du déserteur, « mackinaws qui claquent au vent », puis le calme apparemment, le respir, la solitude soulignée au crayon rouge dans les os, la pluie « qui bafouille aux vitres », les batailles rangées pour l’année prochaine, les injures officielles, les notes de service, un oui égaré sur la glace sourde, soûle, mais belle comme la mer, ciboire de calvaire de crapauds qui chantent, labours à finir, poèmes qui piquent, ardeurs qui picossent, bières froides, replis, repos, marche marche marche donc encore, sueurs noires, éclisses, échardes dans le coeur, perles jetées aux cochons, chiures de mouche sur le cadre de porte de la cabane au Canada, « taches de graisse sur la conscience », mains nues dans la brume de l’oubli des Amériques, la pauvreté crasse, surtout, surtout l’eau qui n’est pas courante… Il y aurait cette intuition de castor à détrousser dans la brousse des plumes d’avant la grande craque sucée depuis l’éclair, peut-être là, quelque part comme un merle dans l’altitude du regard, expression si chère à Vadeboncoeur… Quelque part, il y a toujours un frère, un lac, une fille, une fleur, la sève qui se prépare à monter et la surprenance aux lèvres à perte de vue pour embrasser ensemble même l’amort d’où renaît toute chose. Cette génération de lièvres aux grandes oreilles du pays à naître, fontaine et préfontaine, vient au monde au revers du paletot de l’Histoire rapetissée par la Grande Guerre. Mais l’archipel épargné et les rochers sauvages, les caps où les étoiles se posent, et les perdrix, flamboyantes anarchistes, immémoriales qui veillent au grain, elles tambourinent, et sacrent joyeusement par « tes Shickshocks effarés dans les nues ». Mon Dieu du global et du refus! Que nos ancêtres éclairés au fanal furent grands chevreuils nerveux allumés avec des traces de sang et de vent laissées dans la bouche de nos enfants et des prophètes sans bornes qui suivront la route, ou bien bifurqueront-ils radicalement pour passer à travers en piquant une de ces crises d’une seule traite, renouant peut-être, oh! le beau dommage,  avec les cailloux réverbères irrévérencieux de Saint-Élie-d’Orford!

Publié par

Jack

à

10/30/2010 12:18:00 PM

3 commentaires:

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Poésie,
Poésie maison à la main

La Frenière en France

Photo Jacques Desmarais, Vieux-Montréal, nov. 2009.

« Dans une nuit de contrebande, je transporte avec moi un sac à dos de rêves. »
- J.-M. L., Un feu me hante, p. 13.

Il est timide, mais il n’a pas la langue dans sa poche. D’ailleurs La langue est mon pays est le titre de son plus récent ouvrage paru fin septembre aux Éditions Trois- Pistoles.

Après un saut au Festival International de Poésie des Trois-Rivières, l’ami Jean-Marc La Frenière est parti sur la trotte en France avec son chapeau et ses bouts d’éternité. C’est d’ailleurs en France qu’ il fut d’abord publié.

Nice, Jean-Marc!

De fait, il est passé à Nice…

OVVR du 22/10/10 sur Nice Azur TV
envoyé par niceazurtv. -

Publié par

Jack

à

10/30/2010 12:09:00 AM

4 commentaires:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Poésie

29 octobre 2010

Tremblement de fer en dessour du Train

Jazz – traits montréelTremblement de fer, projet de Pierre Labbé. Exécuté lors du concert de fermeture du Off Jazz de Montréal au Lion d’Or, samedi le 23 octobre 2010.Pierre Labbé Tremblement De Fer – L’OFF Jazz 2010 -TVJazz.tv – Le personnel au Tremblement :Pierre Labbé, chef, composition, flûte et saxophone ténorJosianne Laberge, violonMélanie Debonville, violonJean René, violon altoÉmilie Girard-Charest, violoncelleJean Derome, saxophones et flûteFrank Lozano, saxophone ténor et clarinette basseAndré Leroux, saxophones et clarinetteAron Doyle, trompetteJean-Nicolas Trottier, tromboneBernard Falaise, guitare électriqueGuillaume Dostaler, piano électriqueClinton Ryder, contrebassePierre Tanguay, batterie et percussionsAlain Brunet dans cyberpresse a commenté l’oeuvre à sa création en 2009 lors du 10e Off Festival.***Pour tirer les conclusions et les rideaux de l’évènement jazz enfin sorti de l’ombre, enfin déménagé à l’automne libre, voici le communiqué officiel du OFF.L’OFF Jazz 11e édition, un succès à l’automne! La 11e édition de L’OFF Jazz s’est déroulée du 15 au 23 octobre et a su attirer le public montréalais pour ses 36 concerts et événements. Après une première journée sous la pluie et les concerts de la Place Pasteur reportés au St-Ciboire, les chanceux qui ont défié la tempête n’ont pas été déçus du magnifique concert d’ouverture au Lion d’Or : Il était une fois dans L’OFF. Cette soirée musicale aux couleurs variées mettait en vedette la diversité de la création québécoise en jazz et la qualité de ses musiciens compositeurs. Dès le lendemain, L’OFF au Quartier Latin s’est déroulé à merveille devant plus de 400 personnes et de nombreux passants de la rue Saint-Denis se sont laissés surprendre par le dynamisme et le talent de la fanfare de Sherbrooke Gruv’n’Brass. Le ton était donné pour le reste de l’édition. C’est dans un Dièse Onze bondé de monde que se sont tenus les concerts de 5 à 7. Parmi les beaux moments à retenir, notons le concert du batteur Michel Berthiaume, celui du trompettiste Jacques Kuba- Seguin, ainsi que le lancement du disque de Sonia Johnson. Les concerts de 20 h et 21 h 30 ont été remplis de belles surprises. Du magnifique concert du saxophoniste ontarien David Mott, de la pianiste américaine Myra Melford, en passant par l’incroyable trio du pianiste Alexandre Grogg, L’OFF Festival est fier d’avoir présenté une palette d’artistes représentatifs de ce qui se fait de meilleur dans le jazz et les musiques créatives au Québec. Sans oublier, la traditionnelle soirée de jazz poésie qui a connu un vif succès avec près de deux cents personnes. La série nocturne à la Casa del Popolo a attiré les oiseaux de nuit, avides de musique plus expérimentale et avant-gardiste. Au total sept concerts hauts en couleur avec des moments marquants comme les concerts du très doué Rémi-Jean Leblanc, de l’original Jon Lindhorst et de la talentueuse Anna Webber. Celle-ci s’est d’ailleurs vu remettre le Prix François-Marcaurelle 2010 par le président de la Guilde des musiciens et des musiciennes du Québec pour la qualité de son travail et de sa démarche artistique. D’autres réussites, le brunch au Upstairs en compagnie d’Aurélia O’Leary ainsi que la classe de maître de Jim Vivian à l’Université McGill avec la présence d’une cinquantaine de musiciens. Le festival s’est terminé en beauté devant une salle comble au Lion d’Or. Deux concerts exceptionnels de Karl Jannuska sextette et de Pierre Labbé pour son projet Tremblement de fer. Une soirée forte en émotions avec des musiciens hors pair. Le public montréalais a répondu à l’appel pour les changements de dates du festival et les musiciens ont témoigné leur soutien à cette initiative. L’OFF Festival de jazz est fier de cette 11e édition et vous donne rendez-vous en 2011.

Publié par

Jack

à

10/29/2010 12:25:00 AM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Jazz montréalais

27 octobre 2010

Chante avec moi… et Marie

NoticiasLa belle Marie Bernier n’a pas sitôt accroché les soyeux costumes de son personnage de bru naïve dans Vassa, au Rideau Vert, que la voici de la distribution inouïe (50 comédiens) de Chante avec moi à l’Espace libre jusqu’au 6 novembre, d’après un texte et mise en scène d’Olivier Choinière. Let’s go!Chante avec moi : le résumé de nouvelles arts à Radio-Can Photo Rideau Vert, Marie. Photo jd, Karo et Olivier, PDA, aut.2007. Chante avec moi Texte et mise en scène : Olivier ChoinièreDirection musicale : Philippe BraultEspace Libredu 26 octobre au 6 novembre à 20 h

Publié par

Jack

à

10/27/2010 09:58:00 PM

1 commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Chanson,
Théâtre

26 octobre 2010

Le blogue un genre, genre?

Du blogue au livre : réflexions sur la nature générique du blogue, par Éric Vignola, Université de Montréal, avril 2010.Résumé d’une thèse qui soulève la spécificité du blogue en regard de la littérature. L’auteur énonce son projet ainsi :« Je me sers de mon corpus (Les chroniques d’une mère indigne de Caroline Allard, Un taxi la nuit de Pierre-Léon Lalonde et Lucie le chien de Sophie Bienvenu) pour répondre à cette question : je cherche à démontrer que le blogue constitue un nouveau genre littéraire. »En 2009, ces trois carnetiers sont passés du blogue au livre chez Septentrion, coll. hamac-carnets.S’ajouterait à ce corpus chez le même éditeur une publication plus récente signée Daniel Rondeau : J’écris parce que je chante mal.Bien, il faudrait voir et balancer le propos avec les arguments ou les jugements de blogueurs-écrivains comme Stéphane Ranger qui critiquent les prétentions littéraires d’un tel passage.Reste qu’il y a des écrivains de la première heure (Mistral, Catellier, Tony Tremblay… – cf. Marie-Hélène Poitras, L’écrivain et son blogue, la vitrine de l’âme, Voir, 26/08/2004; à la même époque EntreVues d’OldCola – Maxime Catellier, 07/2004 ) qui ont plongé bien avant d’autres dans l’écriture d’un blogue, non pas tant ici comme rampe de lancement de leur art, mais plutôt à titre d’expérimentation libre avec l’intuition de créer des courants humains plus directs que ne le permet l’édition seule.Pour ma part, lorsque j’ai découvert l’univers des blogues, j’entends ceux offrant des escapades littéraires assurées, j’ai été hautement interpellé par la franchise, l’originalité et la liberté de l’écriture, d’autant que je reste indécrottablement un groupie de ces extra-terrestres qu’on appelle les écrivains. Par l’entremise des commentaires, ces blogues ouverts à l’air libre m’ont parfois permis de créer un contact avec les auteurs autrement fort improbable.Ce sont là des notes que j’aurais souhaité intégrer à ma conférence-atelier très cool de la semaine dernière au Salon du livre de l’Estrie qui tournait autour de ce filon et qui fut des plus agréables à donner. Intéressant, mon cher Ouateson!

Publié par

Jack

à

10/26/2010 07:56:00 PM

1 commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
blogue à blogue,
Littérature

23 octobre 2010

L’Off festival de jazz tire les rideaux

Short stories, Alexandre Côté(extrait)*Vidéo par les bons soins de SortiesJazznights… (Claude Thibault)

Publié par

Jack

à

10/23/2010 12:41:00 AM

2 commentaires:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Jazz montréalais

22 octobre 2010

Ça grouille de mots à Sherbrooke

Photo Jocelyn Riendeau, La Tribune, 19/05/10Quelques photos sont à venir tirées du Salon du livre de l’Estrie qui s’est tenu la semaine dernière à Sherbrooke, la Reine des Cantons-de-l’Est.En attendant, voici le« portrait » singulier du jeune slameur & poète Anthony LaCroix (qui fut mon sympathique co-pilote jusqu’au Focus Art). Non, il ne criait pas « délivrez-moi! »Par ailleurs, à Sherby, ça oralise à plein la King, jusqu’à Ralbol! J’en glisserai un mot bientôt! Bientôt! Photo Jacques Desmarais.

Publié par

Jack

à

10/22/2010 11:15:00 PM

4 commentaires:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Littérature

19 octobre 2010

Joan Baez à Montréal : chanteuse de folk

Vendredi denier au St-Denis, nous y étions avec J., K., F. & monsieur Couture qui dodelinait du chef comme une free pouille, l’hoston de fatiguant!Un grand moment pour moi où la voix de l’ange fait légende vint à notre rencontre avec simplicité, chaleur, recueillement, avec le souci de parler intimement au public montréalais.Va dire à mes amis que je me souviens d’euxEn 1975, alors que je travaillais en Louisiane, j’avais prévu passer le congé pascal à Galveston en faisant un bon bout de chemin avec ma bicyclette blanche commandée au comptoir de chez Sears. Une collègue m’avait donné un lift jusqu’à la frontière du Texas où vivait sa famille, une de ces bonnes familles américaines qui vous accueillent à bras ouverts. Je fus invité à souper. Ça sentait bon dans la maison. Au cours du repas, la mère de Mary me demanda soudain quels étaient mes artistes américains favoris. Je lui ai répondu tout de go : Joan Baez. J’ai vu alors les faces s’allonger jusqu’au prélart! Sans le vouloir, je venais de heurter le sentiment patriotique en cette fin cauchemardesque de la guerre au Vietnam et au Cambodge. Dans cette histoire, Joan Baez représentait le diable, la « communiste infiltrée », la fautrice de trouble.Cf Joan Baez. How sweet the sound, film documentaire de Mary Wharton, États-Unis, 2009.Le papier de Sylvain Cormier dans Le Devoir d’aujourd’hui donne à mon sens parfaitement la mesure du concert au St-Denis et rejoint ce que j’en ai pensé pour l’essentiel. Ce sont les interprétations des chansons de Robert Bob qui m’ont le plus touché.Après toutes ces années, voir sur scène « la reine du folk », fut-ce une octave plus bas, c’est comme la réalisation d’un rêve que l’on croyait impossible.

Publié par

Jack

à

10/19/2010 11:39:00 PM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Chanson,
Folk

Un mot de Simon

J’ai reçu un mot super gentil dimanche soir dernier qui m’a vraiment touché!Avec l’aimable autorisation de Simon Valin-Morin, je le donne à lire ici et le range parmi les fleurs des cannibales.***«L’autre jour, j’étais chez ma mère et elle était occupée à faire je ne me souviens plus trop quoi. Comme elle n’a pas encore le câble dans sa nouvelle demeure j’ai fouillé dans sa bibliothèque pour trouver de quoi à me divertir et vos poèmes cannibales ont attiré mon attention. En général j’aime la littérature américaine et des auteurs comme Raymond Carver, Bukowski, John Fante, Tennessee Williams, etc. Je suis donc un néophyte en matière de poésie et pas trop habitué de lire ce style d’écriture. J’ai par contre beaucoup aimé votre poésie! J’ai trouvé ça super imagé et éclaté! On sent vraiment que vous êtes passionné. Mes 3 préférés : hôtel cody, the king staikeul et bonhomme bouteille ! Ça m’a donné le goût de creuser un peu plus dans l’univers de la poésie ! Alors voila, je tenais à vous écrire parce que je sais qu’on ne crée pas pour faire de l’argent et que la vrai paye de l’artiste se trouve bien plus dans les échos du public ! C’est ce qui donne le goût de continuer.» Simon

Publié par

Jack

à

10/19/2010 08:09:00 PM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Cannibales

18 octobre 2010

Les Poèmes cannibales saluent Liu Xiaobo!

Vrai comme j’te dis! Par les bons soins de l’ami Réjean qui doit faire attention à son coeur, les Poèmes cannibales ont foulé de la gueule la place Tian’anmen à Pékin!C’est assez touchant merci!Comme vous le savez, il y a dans la cité qui interdit un docteur en littérature, président du PEN chinois, qui pourrit derrière les barreaux. Liu Xiaobo est son nom de plume sauvage. Photo coll. Réjean Bertrand.

Publié par

Jack

à

10/18/2010 10:10:00 PM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Cannibales,
Pensée critique,
Solidaire

17 octobre 2010

Salon du livre de l’Estrie

Très bon accueil hier à Sherbrooke au Salon du livre par la gagne du REALIS (Regroupement des Artistes Littéraires de Sherbrooke). Je suis arrivé dans une grosse talle de camaraderie. Et il est beau Francis Poulin, dit Frank Poule, en papa attentionné.Merci Frank & Sophie.D’autres photos à venir sur Train de nuit! Photo Jacques Desmarais

Publié par

Jack

à

10/17/2010 04:24:00 PM

3 commentaires:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Littérature,
Poésie,
Slam Sherbrooke

13 octobre 2010

L’après-salon du livre de l’Estrie, c’est REALIS

NoticiasLe Regroupement des artistes littéraires de Sherbrooke (REALIS), le RalBol, la Slamille et une panoplie d’organismes et d’organes bien vivants vous invitent à venir fêter en leur compagnie ce samedi le 16 octobre dès 22h00 au Centre de diffusion ArtFocus pour un Après-Salon littéraire.Vous êtes donc invité à venir finir la soirée en notre compagnie et celle d’une multitude d’artistes littéraires accompagné d’un DJ qui feront vivre la littérature en plus d’exposer une quarantaine d’oeuvres (poésie orale, slam, nouvelle, micro-édition, livre-disque, etc.) à découvrir.En performance : Claudine Vachon et Pascal Fioramore du collectif Rodrigol, Jacques Desmarais (blog Train de nuit), des auteurs de la revue RalBol, des poètes du slam du Tremplin, des purs inconnus, des vedettes locales et qui sait des conteurs du Festival les jours sont contés?Vous êtes aussi invité à venir visiter notre kiosque de littérature locale, bio, indy et équitable que le REALIS tiendra tout au long du Salon du livre de l’Estrie (http://www.salondulivredelestrie.com). Des oeuvres à découvrir qui ne passeront qu’une fois à Sherby, des rabais impossibles sur des classiques undergound, ainsi que 2 lancements d’oeuvres locales : la nouvelle revue RalBol et Touchdown de Sophie Jeukens.Samedi 16 octobre22h00 à minuit (après on va écouter des contes de dépanneur)Centre de diffusion ArtFocus, 94 King ouest

Publié par

Jack

à

10/13/2010 09:59:00 PM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Littérature,
Poésie,
Slam Sherbrooke

12 octobre 2010

Monsieur Shawn Cotton

Photo Jacques Desmarais

D’accord, nous sommes en pleine poussière dans la répétition générale. Nous gardons l’oeil ouvert pareil. Le fanal allumé. Pour la tournée à venir. Depuis mes 16-17 ans, depuis la main du bourreau qui finit toujours par pourrir, j’aime ça la poésie. Terre à bois debout, je ne saurais pas dire comment, pourquoi, madame Bertrand. Il se trouve des écritures, c’est bien sûr, qui me touchent plus que d’autres, beaux champs d’avoine éparpillés, pas grave, dans mes restes de trouille emboisée. Elles offrent des tas de planches diurnes qui se démènent pour être parfaitement clouées en plein jour sur une scène improbable. Il y a des craques et des craquelures au mur laissant passer les flèches, courants chauds, frets, avec des voyelles de lumière pour faire plaisir aux filles et aux tilleuls, de l’air libre enrubanné avec de l’accent dans les bocks et des zigzags en paquet de dix en rangées circonflexes. Je suis toujours content quand cela arrive. Je ne sais même pas quoi dire dans ce temps là. Mais il n’y a point de point à la ligne. C’est plus qu’un plaisir, plus qu’une découverte. C’est l’attirance, la naissance, la surprenance, la remembrance, la ouïssance… Pas nécessairement dans cet ordre. C’est la continuité de quelque chose qui me dépasse et qui n’est pourtant pas d’yeux. C’est le raccord avec des noms écrits au début ou à la fin, une personne derrière la ligne et son ascendance, un vers, une personne, un poème, le recueil, un regard surtout. Je ne suis pas tant admirateur de carrière et de miroirs. Je suis juste reconnaissant de croiser parfois sur ma route de campagne ces « décrocheurs d’étoiles » qui vous délivrent quasiment gratuitement la parole.D’accord, c’t'une maladie.Voilà donc. Hier soir au slam, j’ai rencontré Shawn Cotton que j’ai trouvé excellent. Aujourd’hui, j’ai grappillé son Jonquière LSD (Les éditions de l’Écrou, 2010) qu’il m’a dédicacé avec une citation de Kerouac. J’avais les poches plutôt vides. Je lui dois cinquante cents.

Page 23 :

On avait longtemps rêvé
dans les ventilateurs inutiles et puis je m’étais envolé
par la piste qui passe par le salon ça traînait partout les départs de fêtes et les mois d’amis oubliés
le lendemain j’avais un clou à la place des mains
et qui creusait sous tes manches
pour retrouver le son de ta peau la note de peine imposée

Publié par

Jack

à

10/12/2010 11:16:00 PM

Aucun commentaire:

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Poésie

11 octobre 2010

Jazz & poésie dans le ciel de Béthanie

Jazz & poésie lors de la Journée de la culture à Béthanie le 26 septembre dernier. Quelques photos avec l’aimable autorisation de Christian Gilbert.Jacques, Jo, Sylvain.Photos Christian Gilbert.

Publié par

Jack

à

10/11/2010 10:25:00 AM

2 commentaires:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
jazz,
Poésie

Helenablog en noir et blue

Elle me l’a écrit : nous aurions pu nous croiser sur la rue Mistral en Avignon à l’été 2009. Sur son blogue, Helenablue signale un commentaire filmé d’elle-même, très personnel, à propos de l’aventure propre au blogue. C’est à mon sens l’un des meilleurs commentaires que j’ai pu entendre sur ce médium en effet très vivace et ses ondes improbables. Du côté de la liberté.Bienvenue à Montréal!

Publié par

Jack

à

10/11/2010 08:29:00 AM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
blogue à blogue

Slam Montréal : la cinquième saison

NoticiasC’est parti! Première soirée de la cinquième saison : le 11 octobre 2010Ouverture des portes : 19h30à l’O Patro Vys356, rue Mont-Royal EstEntrée : 5 $Animation: IvyAVEC les slameurs : Asthma Tic, M-mo, PouYo, Le Grand Slack et bien plus…

Publié par

Jack

à

10/11/2010 12:38:00 AM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Slamontréal

07 octobre 2010

Jean-François Lessard : le courage de chanter Victor Zara

Jean-François, un grand vivant avec des éclats de Brel en lui, vient de lancer son second album. À la plage numéro 6, il chante Victor, une chanson bouleversante qui nous fait retraverser en sens inverse les Incendies. « C’est pas une fable, c’est pas un conte », c’est une histoire pour le temps présent… Afin que nous sachions « qu’un vrai héros, ça peut n’avoir comme arme qu’un tour de chant ». Jean-François Lessard – Nouvel album en vente dès maintenant Ecoutez.ca | iTunesTéléchargez le livret (PDF) Víctor Jara (1932-1973), le grand patron des chansonniers chiliens.Photo Jacques Desmarais, nov. 2008

Publié par

Jack

à

10/07/2010 11:22:00 PM

1 commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Chanson,
Solidaire

Élisapie Isaac chante Blue Velvet

À John.Je suis avec intérêt la série Les rescapés à Radio-Can. Le générique se distingue en présentant à chaque épisode une vidéo d’un succès du palmarès des années 1960 interprété par de jeunes artistes québécois. Ici, la très jolie et talentueuse Élisapie Isaac chante Blue Velvet!

Publié par

Jack

à

10/07/2010 12:57:00 AM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Chanson

04 octobre 2010

Michel Garneau et ses enjoliveurs au Théâtre de la Bordée

Noticias22 au 23 octobre 2010, 19 h 30 Spectacle littéraire Michel Garneau : Poète convertible et décapoté Retrouvez la poésie de Michel Garneau incarnée avec brio par Marcel Sabourin dans un spectacle conçu et mis en scène avec soin par Christian Vézina.Théâtre de la Bordée315, rue Saint-Joseph EstQuébec (QC) G1K 3B3Téléphone : 418 694-9721Télécopieur: 418 694-9737Courriel : info@bordee.qc.ca Télécharger le document__________________Maudit soda! J’étais supposé être à Québec à ces dates-là! Mon voyage a été remis en novembre pour des raisons indépendantes de ma volonté! Or, j’aurais revu avec plaisir ce collage ratoureux et jouissif des textes de Garneau très brillamment chauffés par Vézina et Sabourin.Les ceux de Québec (ET DE LÉVIS!), ne manquez pas cette joyeuse ballade dans l’univers d’un très grand écrivain.Photo Jacques Desmarais

Publié par

Jack

à

10/04/2010 09:25:00 PM

Aucun commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Littérature,
Poésie,
Théâtre

03 octobre 2010

Bori, le chant magnétique

Bori a fait le délinquant l’espace d’une chanson en remettant son masque, celui du temps des ombres, des fantômes et de l’espace secret où le chanteur ne voulut pas que les projecteurs se braquent sur son personnage aux dépens du texte, ces grands bols d’air de chansons pour changer d’air justement, ce réservoir alumirant de poésie signée Bori aux flancs blancs du quotidien pas toujours très drôle, les pâquerettes, les rats…

J’ai adoré jadis le Bori annuel au Gésu, l’audacieux pêcheur de magie qui nous ravissait avec ingéniosité, jazz, cirque et anonymat, avec justement un air de jamais vu dans la chanson québécoise. Mais le Bori aux pieds nus sur scène qui se présente désormais à visage découvert, il est tout simplement magnifique! Il est humain. Il ne liche jamais son public. Il l’entretient.

Le résumé du tour de chant Bonjour Bori sur son site se donne à lire comme suit (accompagné de l’écho de gouttes d’eau, allez ouïr ça!) :
«Un soupçon de théâtralité, une pincée d’élucubrations cirquesques et Tatiesques, quelques projections et effets de lumière mais surtout, le parcours dessiné en toute simplicité et magie des meilleures chansons du répertoire constituant les huit albums parus au cours de ces quinze dernières années. Cyrano, Les choses, Maussade, Vos papiers, Ti-cul, J’ai aimé, L’étoile du Nord, Hisser Haut, Liberté, Gestes de Gestionnaire, et plusieurs autres seront de la partie. Rencontre intime. »

Ses références et préférences vont de Willie Lamothe au Père Gédéon, en passant par Fruitier, Texier, Brel comme Bori, Brassens et Ferré. Ferré je dirais surtout comme une circonférence qui fauche large. Il y a des lelièvres dans sa voix et un trait de Reggiani. Il y a un je ne sais quoi de samba dans ses paysages. Il bouge relax le Bori. Il pourrait exploser comme un Ti-cul. Mais l’art du chanteur s’engage, vous braque sous les yeux ses cambriolages imaginaires, ses peintures de réalité où giclent le loufoque, le rire, les amours, les départs, les larmes. Ce sont les armes de la beauté, la rudesse dans les coins, la franchise du garçon fin qui veut tant dire. Une des plus touchantes chansons interprétées l’autre soir fut À l’arraché inspirée par son vieux père ouvrier en-allé : «Quand tu auras usé tes bottines cousues d’ordinaire (…)»

Voir évoluer Bori est comme recevoir la leçon d’un grand Maître qui reste votre frère sur la scène. Et c’est beaucoup trop court! Ses fabuleux complices ne dérougissent pas une seconde en forgeant que du plaisir communicatif. Le personnel se décline ainsi : il y a l’homme-orchestre Jean-François Groulx (piano, guitare, percussion et voix), Christian Frappier (basse, guitare et voix) et Luc Tremblay (comédien acrobate au balai, à la pompe à air et au monocycle extrême…)

Mais à pitous, pitous égaux, on n’en finit pas de creuser!Bien sûr, bien sûr, la liberté, c’est autre chose. C’est autre chose, la liberté.

Photo Jacques Desmarais, le masque de Bori au Théâtre du Marais à Val-Morin, P.Q., le 2 oct. 2010.

Publié par

Jack

à

10/03/2010 10:48:00 PM

Aucun commentaire:

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Chanson,
jazz,
Poésie

01 octobre 2010

Le clochard céleste rôde & road à Lowell

Se déroule à Lowell (qu’on prononce comme Noël) en ce moment même et jusqu’au 3 octobre la 25e édition du Festival littéraire Jack Kerouac. Russel Banks est peut-être en train de serrer la pince à notre Roger Brunelle qui nous invita personnellement à nous y rendre. Ce n’est hélas point possible cette année. Je ne serai pas non plus du voyage avec Françoys et Randy en novembre prochain pour y rererevoir Robert Bob Dylan à Lowell! Mais mon cher Roger, le digne passeur de Kerouac, on pense à toi et on te souhaite la meilleure des formes pour tes passionnantes visites littéraires guidées.Le Clochard céleste est une prière et quelques sacres dans ton âme beat de franco-américain.Roger Brunelle , le passeurRoger, Randy, Françoys & Emma au Vic’s, Lowell, Mass. (nov. 2009)Stephen Edington ( President du Lowell Celebrates Kerouac ), Françoys et Roger au parc commémoratif de Jack Kerouac à Lowell Lectures du Clochard céleste – édition 2008Photos Jacques Desmarais

Publié par

Jack

à

10/01/2010 11:03:00 PM

1 commentaire:

Liens vers ce message

Envoyer ce message par courrielBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés :
Jack,
Littérature

Messages plus récents

Messages plus anciens

Accueil

S’abonner à :
Messages (Atom)

Tudo bem?

« L’immense plainte de la poésie ne m’intéresse pas. C’est déshonorant! La meilleure façon de faire éclater le je, c’est d’être immensément heureux. »Michel Garneau, En toutes lettres, ex-Chaîne culturelle, Radio-Canada, 16/02/1988.

Poèmes cannibales

Ed. de la Brochure

Ci-J Jack

Jack

Fils du canton d’Ely, P.Q., père de deux belles et talentueuses Montréalaises, grand-père d’une magnifique petite Laurie… On est toujours un peu l’indigène d’un autre, pour dire comme Sylvain Lelièvre. On est toujours l’étranger de quelqu’un, pour dire aussi comme Pauline Julien. (Photo Ivy)

Afficher mon profil complet

Terre feuillée

C’est aussi la mer feuillée… Dollar de sable. Photo © Jacques Desmarais, Esterillos Este, Costa Rica 2015.

Enclume pour la voix

« Le passé en général, c’est, en premier lieu, la langue. C’est-à-dire le système phonétique, lexical, grammatical, comme potentialité non consumable, potentialité éternelle en tant qu’elle n’est jamais épuisée ou affaiblie par l’ensemble de ses réalisations. » – Paolo Virno, Le souvenir du présent (1999).

Rechercher dans le Train

Chargement en cours…

Itinéraires

Afrique
(2)

Ahuntsic
(1)

Anarchisme
(1)

arts
(8)

Arts contemporains
(9)

Arts plastiques
(20)

Arts visuels
(3)

Astro
(1)

Autochtones
(5)

Bien commun
(1)

Billet de train
(117)

blogue à blogue
(52)

Blues passent pu
(16)

Brésil-Grésil
(36)

Cadiens
(9)

Cambrousse
(54)

Canada
(1)

Cannibales
(41)

Carnets pelés
(40)

Chanson
(259)

Cinéma
(52)

Cirque
(2)

Climat
(5)

Communication
(1)

Conte
(2)

Contestation
(1)

Couche tard
(10)

Country
(26)

Cuba se love
(17)

Cuisine
(2)

Culture génarale
(1)

Danse
(4)

Devenir soi
(2)

Documentaire
(1)

Droits de la personne
(1)

Décrocheurs d'étoiles
(2)

Economie
(2)

Environnement
(3)

Ex-Citation
(17)

Faune
(1)

Flore
(1)

Folk
(69)

France kiss
(35)

fumée d'un trait
(1)

Féminisme
(1)

Gaspésie
(4)

gauche
(42)

Grève
(17)

Harmonica
(26)

Histoire
(2)

Hope
(7)

Humoir
(18)

Humour
(10)

improvisation
(1)

Indie
(2)

indépendance
(14)

Jack
(29)

jazz
(52)

Jazz montréalais
(49)

Journalisme
(1)

Juste Montréal
(5)

Langue
(3)

Littérature
(122)

Louisiane
(9)

Musique actuelle
(4)

Musique classique
(3)

musique du monde
(6)

musique trad.
(14)

Métis
(1)

Nord
(2)

Orford
(8)

Par la bande
(1)

Passage à niveau
(8)

Pensée critique
(161)

philo
(22)

Photos
(46)

Physique
(2)

Polars
(4)

politique
(4)

pop
(2)

Poésie
(285)

Poésie maison à la main
(129)

Prendre la vitesse de vitesse
(21)

Pura vida!
(3)

Pédagogie
(1)

Québec
(5)

radio
(5)

Rap
(13)

Revues
(2)

Rhino
(5)

rock
(21)

Rêver
(1)

Sciences sociales
(1)

scène
(11)

Slam
(61)

Slam Gatineau
(8)

Slam Lanaudière
(4)

Slam Sherbrooke
(12)

SlamCap
(13)

Slamontréal
(73)

Solidaire
(91)

Spoken Word
(1)

Sport
(1)

Surréalisme
(1)

terre feuillée
(19)

Théâtre
(55)

Transports
(1)

Urgence
(1)

USA
(3)

vidéo
(104)

Écologie
(5)

économie
(9)

Éducation
(1)

Éthique
(7)

La fumée d’un trait

« [...] Ces rois dont les chevaux ont du sang jusqu’au ventre!/ Je sens que le poète est leur juge! je sens/ Que la muse indignée, avec ses poings puissants,/ Peut, comme au pilori, les lier sur leur trône/ Et leur faire un carcan de leur lâche couronne,/ Et renvoyer ces rois, qu’on aurait pu bénir,/ Masqués au front d’un vers que lira l’avenir!/ Oh! la muse se doit aux peuples sans défense./ J’oublie alors l’amour, la famille, l’enfance,/ Et les molles chansons, et le loisir serein,/ Et j’ajoute à ma lyre une corde d’airain! » — Victor Hugo, Amis, un dernier mot, Les Orientales, Feuilles d’automne, coll. Le livre de poche, Gallimard, 1964, pages 331-332.

Voix ferrées

Champs de mots

Article dans L’Actualité médicale – septembre 2014

-

http://www.professionsante.ca/medecins/loisirs/livres/psychologie/psychiatre-et-poetesse-la-dre-ouanessa-younsi%E2%80%89-porter-la-voix-des-dements-32268

La…

Il y a 6 mois

CLS Poésie

MAISON

-

Vidéo poème

Texte: Alain Larose
Vidéo et réalisation: Jean Coulombe
Musique: Francis Héroux
Collaboration: Gilbert Sévigny

Tous droits réservés © 201…

Il y a 4 jours

comme ci comme ça

Bayday

-

Petite illustration pour un fanzine distribué pendant le festival
d’Angoulême qui reprend les titres du site Bayday Leaks. Les enfants de Guy
Delisle prépa…

Il y a 1 an

DEMENTIA UNIVERSALIS

Le boomerang de François Blais

-

– J’ai dit au peuple ceci : vous avez les moyens d’agir. Prenez des
mesures, des sanctions…ne serait-ce que deux ou trois fonctionnaires
p…

Il y a 2 semaines

Des nouvelles de L’Oie

4 février 2015

-

Le temps et sa géographie

On ne sait que dire : la mâchoire est coincée, la langue surgelée, le clavier glacial. L’hiver s’amuse à jouer au yoyo sub-po…

Il y a 2 mois

Dormira jamais

Leopardi, poète italien, autour du film de Mario Martone, par Olivier
Favier.

-

« La poésie est sans appartenance. » Olivier Favier

Il y a 1 semaine

DPLRD

Exhibition de Beijing

-

voudrais que tu m’abandonnes loin dans le bois En tête-à-tête avec le
vent Pis la rumeur du temps mauvais t’épargner mes humeurs en averse sur
nos préc…

Il y a 1 jour

Ekopolitica

La social-démocratie est morte, vive la démocratie!

-

*Analyse de la situation – rapports de force*

La question du pouvoir, et plus largement celle du rapport stratégique à
l’État, représente une réflexion ess…

Il y a 5 semaines

enjambées fauves

Les horloges ~ Émile Verhaeren

-

. La nuit, dans le silence en noir de nos demeures, Béquilles et bâtons,
qui se cognent, là-bas ; Montant et dévalant les escaliers des heures, Les
horloge…

Il y a 1 mois

Invisible Stories

« I know the general outline of despair. Despair has no wings, it doesn’t
necessarily sit at a cleared… »

-

“I know the general outline of despair. Despair has no wings, it doesn’t
necessarily sit at a cleared table in the evening on a terrace by the sea.”

- *And…

Il y a 3 jours

La vie palpitante d’antoine p.

Coupe-gorge

-

Ceci est un coupe-gorge.

Il y a 4 jours

lafreniere&poesie

Nouvelle parution

-

Il y a 2 jours

L’Anarchie Culinaire selon Bob le Chef

Sauce bbq à l’érable

-

Tel que vu lors du 5ème épisode de Bob le Chef LIVE!, voici la recette de
sauce BBQ à l’érable proposée par Bob le Chef.

Il y a 3 jours

L’Autofictif

2580

-

*Du fait de notre longévité toujours accrue, d’une part, et des mutations
culturelles et technologiques toujours plus rapides, d’autre part, seront
bientôt…

Il y a 2 heures

Le blog de annette.merle.borgniet.over-blog.com

Photos volées. Dominique Fabre.

-

Etrange texte que celui-ci. Celui d’un homme qui se débat. Entre le chômage
annoncé, puis installé, un passé qui ne passe pas, un présent cotonneux, et
ce …

Il y a 1 mois

Le blog des Editions la Brochure

Le changement obligatoire

-

Cette fois c’est fait, c’est obligatoirement que ce blog a changé de look.
Moi-même j’ai du mal à m’y reconnaître. J’y interviens rarement puisque
j’ai un …

Il y a 1 mois

Le cahier virtuel

Les structures cristalloïdes : suite du montage

-

C’est toute une aventure de créer une installation dans un environnement en
construction (poussières, imprévus, bruits de chantier, contraintes
physiques…

Il y a 5 jours

Le Carnet d’Ysengrimus

Le trouble persistant que semble nous susciter THE TROUBLE WITH HARRY

-

Vermont, 1955 (il y a donc de cela soixante ans pile-poil). Un paysage
d’automne enchanteur, bucolique, paradisiaque, incroyablement siècle
dernier. Petit …

Il y a 5 jours

Le Pharmachien

4 demi-vérités à propos de l’acidité et de la diète alcaline

-

L’autre jour, lors d’une visite surprise dans une boutique de bouffe crue
et de smoothies détox… Quelle belle prémisse pour une BD sur l’acidité
maléfiq…

Il y a 3 semaines

Le Port de tête

Lancement + atelier / Liniers / Macanudo t.05 + Un ballon sous la pluie

-

Lancement double en présence (rare) de l’auteur vedette argentin *Liniers*,
ce *vendredi 17 avril de 16h à 19h*, au Port de tête pour son livre
jeuness…

Il y a 2 jours

Le Seuil des Froidures

RIFLES. BAFFES. COUPS. ASSAUT. KALACHNIKOV. SKORPIONS. PEUR. CRIS. LARMES. PLEURS. SANG. ENCRE. PAS DE PAIN NI DE JEUX. QUE DU VACARME !

-

*Rifles*

I see the rifles coming over the hill
And if you shout maybe they stop and won’t kill
But if you think like me
You’ll be as dead as he

I…

Il y a 3 mois

Le Vadrouilleur urbain (Arts visuels)

Exposition «Liens de sang»‏ et nouvelle adresse pour la galerie Espace
Robert Poulin (CA)

-

Nouvelle adresse pour la galerie Espace Robert Poulin qui est maintenant
située au 6341 Boulevard Saint-Laurent. Nous sommes donc voisins des
galeries Lace…

Il y a 3 heures

lectures et réflexions

Anaximandre et l’origine de l’homme

-

*Anaximandre de Milet, disciple de Thales – vers 610 – 546 av.JC*

*« Anaximandre, fils de Praxiadès, de Milet. Il disait que le principe des
choses exist…

Il y a 22 heures

Les Quatre Saisons

Dans la série «Les inventions de la vie» (39)

-

Vous trouverez ici la série complète des «inventions de la vie».

Il y a 2 heures

Littérature du Québec

Pas facile de demeurer fidèle à ses convictions

-

*Pures et dures*… Je ne sais pourquoi, mais ces qualificatifs ne m’ont pas
étonné en lisant le titre du recueil de nouvelles d’Andrée Ferretti. Cette
attri…

Il y a 2 jours

Louis-Edmond Hamelin – INDEX

-

Mes Biscuits Préférés

Le grand ménage

-

Souvent, il m’est venu en tête cette idée que nous devions arrêter de
marcher. Occuper l’espace, parce que l’impression constante de fuir est un
mensonge p…

Il y a 6 jours

Nouveaux Cahiers du socialisme

Au-delà de la gauche et de la droite, le bien commun

-

Ils marchent, se rassemblent, manifestent, paradent, inventent de nouvelles
formes d’expression démocratique : les citoyens s’indignent. Mais que
veulent-i…

Il y a 12 heures

PDF underground

Triangle Playerz Lyfe

-

Il y a 1 jour

Philo Blog

Marcel Gauchet : « Sortie de la religion et violences religieuses »

-

Les événements dramatiques survenus en France en ce début d’année doivent
êtres analysés par le biais du recul historique, de l’histoire longue. Il
faut co…

Il y a 2 mois

Philosophie et politique

Libre comme Spinoza

-

Denis Collin

LIBRE COMME SPINOZA

Une introduction à la lecture de l’Éthique

Max Milo Éditions, Paris 2014

287 pages

€ 19,90

L’Ethica ordine ge…

Il y a 1 jour

POÈME SALE

Grosse semaine – 10 avril 2015

-

Toujours à la recherche de moyens de lire sans avoir à réellement lire? Une
équipe de tournage travaille à faire un court-métrage de chaque sonnet de
Shake…

Il y a 5 jours

pédale papi pédale

Ti-Jésus esta en la mochila

-

+ ou – 14 livres. C’est le poids du sac à dos que j’aurai à porter sur la
Via de la Plata. C’est bien en deça de ce que suggèrent les « spécialistes »
du cam…

Il y a 2 semaines

Simplement

À la guerre, on ne tire pas sur les ambulances

-

À la guerre, il semble qu’il soit inconvenant de tirer sur les ambulances.
On ne respecte pas grand chose, à la guerre, mais les blessés ont encore
droit à…

Il y a 13 heures

trajectoires vers l’incertain

• avril

-

je ne demande plus quelle ombre mauve quelle nuit embrasserait tout mon
hiver ni ses lèvres noires de pétales flétris je meurs comme on dort dans
la neige …

Il y a 1 semaine

Un journal sans fin

À quoi sert la philosophie?

-

-À avoir du plaisir. Point final.

-À quoi sert-il d’apprendre le grec ancien ou le latin aujourd’hui?

-À avoir du plaisir. Point final.

On peut continuer …

Il y a 1 mois

VALVERT

La descente et l’accomplissement

-

Staboulov travaillait sur l’effet cathartique du délire. C’est ce qu’il
nous avait dit. Beaucoup d’entre nous ne comprenaient de quel délire il
parlai…

Il y a 3 mois

Vie de La Brochure

Du sondé à l’électeur ou l’électrice

-

Les élections départementales étant presque déjà tombées dans l’oubli, il
me semble judicieux de revenir sur une phénomène particulier : l’écart
entre le…

Il y a 4 heures

Wired for Books: Celebrating Books, Reading, and Literature

-

Zilsel

Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la
lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

-

Dans la rubrique « Séminaire » du Carnet Zilsel, hélas sous-alimentée, nous
avons surtout repris les minutes du séminaire de sociologie des sciences
(SoS) …

Il y a 4 jours

Arts & Lettres

Open edition
Assouline
Believer
Berger au travail
Conversation reading – Scott Esposito
Decover
Esprits Nomades
Fabula
François Bon
Gallimard
Gilles Hénault
Guy Sioui Durand
Jacques Ferron
Julien Gracq
L’Express culture avec Lire
La librairie francophone
La pensée du discours
La poésie au Congrès
Langevin
Laurentiana
Le Bathyscaphe
Le Libraire
Le Portique
Les Éditions de Minuit
Locus-Solus
Maldoror, le site
Maurice Blanchot – Actualités
McSweeney’s
Mine de sel (photographie)
Mondes francophones
New Yorker
P.O.L.
PatWhite
Perlentaucher (Allemagne)
Pirotte
Poetry Foundation (USA)
Poetry Portal
Poetry Portal 2
Portail poésie (Wiki)
Proust
Quilblog (canadian litterature)
Remue littérature
Spirale
Stalker
Story Hours (Berkeley)
Structure&Style
Tenir conte
The Beat Scene
Tiers-livres
Uneq
VLB, carnettier et sifleux
Verger membrane en sommeil
À la littérature

Plumes alertes / chroniques

23h55
Alexandre Deschênes – Le cheval de bois
Anagnoste
Bibliomancienne
Cholette
Envapements
Franco-Phil
Kenneth White Labrador
La vérité n.existe pas (en pause)
Lamblard
Le méchant loup
Leroy K. May
Les chroniques d’Oneiros (tablettes)
Ma vie… de Rimailleur
Naomi Fontaine – Innuskuess
Okinawavacation (cinéma)
Pour parler (en pause)
Simon Dor
Vies de fous (interrompu)

Slâmes

Andrée Wisen
IVY
Nouvelles du slam montréalais (Myriam)
SLAM cap
Slamontréal
Slamradar

http://slamauquebec.blogspot.com/

Jazzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz z

Noctamblues

La Rédio

Archives

avril 2015 (13)

mars 2015 (16)

février 2015 (7)

janvier 2015 (10)

décembre 2014 (15)

novembre 2014 (20)

octobre 2014 (24)

septembre 2014 (9)

août 2014 (23)

juillet 2014 (11)

juin 2014 (22)

mai 2014 (32)

avril 2014 (13)

mars 2014 (13)

février 2014 (8)

janvier 2014 (22)

décembre 2013 (19)

novembre 2013 (22)

octobre 2013 (19)

septembre 2013 (9)

août 2013 (6)

juillet 2013 (10)

juin 2013 (11)

mai 2013 (12)

avril 2013 (22)

mars 2013 (22)

février 2013 (14)

janvier 2013 (17)

décembre 2012 (13)

novembre 2012 (9)

octobre 2012 (16)

septembre 2012 (16)

août 2012 (12)

juillet 2012 (18)

juin 2012 (14)

mai 2012 (19)

avril 2012 (19)

mars 2012 (12)

février 2012 (6)

janvier 2012 (17)

décembre 2011 (13)

novembre 2011 (11)

octobre 2011 (17)

septembre 2011 (24)

août 2011 (15)

juillet 2011 (5)

juin 2011 (12)

mai 2011 (12)

avril 2011 (10)

mars 2011 (19)

février 2011 (10)

janvier 2011 (13)

décembre 2010 (12)

novembre 2010 (8)

octobre 2010 (21)

septembre 2010 (16)

août 2010 (12)

juillet 2010 (14)

juin 2010 (14)

mai 2010 (21)

avril 2010 (23)

mars 2010 (24)

février 2010 (14)

janvier 2010 (18)

décembre 2009 (21)

novembre 2009 (17)

octobre 2009 (24)

septembre 2009 (28)

août 2009 (23)

juillet 2009 (20)

juin 2009 (13)

mai 2009 (18)

avril 2009 (25)

mars 2009 (24)

février 2009 (24)

janvier 2009 (30)

décembre 2008 (23)

novembre 2008 (24)

octobre 2008 (17)

septembre 2008 (17)

août 2008 (25)

juillet 2008 (17)

juin 2008 (14)

mai 2008 (25)

avril 2008 (25)

mars 2008 (23)

février 2008 (15)

janvier 2008 (21)

décembre 2007 (15)

novembre 2007 (22)

octobre 2007 (15)

septembre 2007 (21)

août 2007 (10)

juillet 2007 (9)

juin 2007 (16)

mai 2007 (15)

avril 2007 (13)

mars 2007 (28)

février 2007 (18)

janvier 2007 (18)

décembre 2006 (12)

novembre 2006 (23)

octobre 2006 (10)

septembre 2006 (13)

août 2006 (8)

juillet 2006 (3)

juin 2006 (8)

mai 2006 (7)

Cette création est mise à disposition sous un
contrat Creative Commons.

S’abonner à

Messages

Atom

Messages

Tous les commentaires

Atom

Tous les commentaires

Courant

Abonnés à Train de nuit

Encore!

Traduction

Loading…

«C’est ça qu’on va faire!»

Alter Net
Bill
CIBL
Cabinet
Comment vous dire?
Ed. Léo Scheer
Europe revue
Gallica
Generation Y
Hélène
Jazz Frisson
Jour de Séba
KINOKS
La traversée
Loco Locass
Lunule
Musique Actuelle
Newsweek
Normand Baillargeon
Plusieurs excuses
Poésie d’aujourd’hui
Pédale Blais
Radio Centre Ville
Wapikoni l’aventure
Yannick
Érudit

Nombre total de pages vues

Sentiers et battures les plus fréquentés

Senza ou karimba pour Nina, ah!
À mes heures très seules, il m'arrive de me transformer en criquet pour faire du pouce sur les routes sonores d…

Oui, un autre Québec est en marche!
  Je reprends ici un très bon texte du philosophe Georges Leroux publié sur le site des Prof contre la hausse.   http://profscontre…

Ça riopelle dans le ciel!
Leur sang doit bien bouillir par le temps extraordinairement chaud qu'il fait en ce moment. Néanmoins, elles cacardent dans le ciel les…

Anniversaire d’Amir Khadir comme député
Ça a dansé en masse à la salle La Tulipe (même moi), dans le comté de Mercier!, le 8 décembre dernier. On y soulignait l'anniversaire de…

Amérique dans la mémoire longtemps
La mémoire, elle nous vient parfois de nos amis qui en recollent des morceaux.  J'avais complètement oublié cet échange que le snoro…

Le Miron de Pierre Nepveu ou le chemin cahoteux d’un homme parmi nous
Pierre Nepveu, écrivain, professeur, poète, romancier, essayiste et à présent biographe, pas nécessairement dans cet ordre, était de passage…

Grand Slam 2011 EN DIRECT – Jour J!
Commençons par le plus strident….  C'est l'année GATINEAU!  Équipe championne pis, le pronostique de Frank Poule s'es…

Fête à Sylvain Legault
Très belle soirée samedi soir dernier chez Sylvain qui célébrait son 50e anniversaire de naissance. Plusieurs amis musiciens étaient …

Flâneurs, télépathie et drogues diverses
Jeunes fous. Selon Wikipédia :  photo de  Man Ray  de 1922 ou 23, prise pendant la  période des sommeils , souvent reproduite, montre le g…

Dévoreurs de livres
Elle court, elle court sur FB la chaîne qui creuse davantage encore la motadite faim du monstre épormyable. Heluo librorum ! Les mots , di…

Modèle Awesome Inc.. Présenté par Blogger.

Train de nuit: octobre 2010